ENTREPRISE


ENTREPRISE
ENTREPRISE

ON a souligné l’autonomie grandissante qu’ont pris les problèmes de l’entreprise dans les années quatre-vingt. L’économie de l’entreprise en particulier s’est érigée en science. On a avancé des raisons: mondialisation des phénomènes économiques, progrès technique – et, notamment, technique d’organisation –, concentration historique de l’industrie et essor du mouvement dans ce qu’il est permis d’appeler une tradition. Ainsi, pour M. Capet, qui expose ici la «théorie économique de l’entreprise», la firme est un «groupe humain orienté vers la production, dont le devenir dépend essentiellement de la vente du produit de son activité».

Pourtant R. Maury, qui traite du problème de la «gestion de l’entreprise», souligne la diversité des entreprises selon leurs dimensions, statuts, structures, et rappelle que les techniques scientifiques de gestion résultent de ce qu’il est convenu d’appeler l’environnement . Du même coup, l’autonomie des problèmes de l’entreprise retrouve une dimension qu’il n’est guère possible, en effet, de lui soustraire, pas plus qu’il n’est possible d’isoler l’entreprise d’une histoire. Et cette histoire est d’abord celle de ce qu’il est, aujourd’hui encore, convenu d’appeler le capitalisme, même si l’on reconnaît de mieux en mieux que ce terme désigne moins un système qu’une fonction.

On a longtemps pu parler d’entreprise socialiste pour désigner l’entreprise en U.R.S.S. et dans les démocraties populaires. En effet, avec le premier plan quinquennal, «l’Union soviétique est entrée dans une compétition économique, politique et stratégique durable avec les pays occidentaux avancés» (H. Marcuse, Le Marxisme soviétique ). Ce type d’entreprise, inséparable d’une optique productiviste, a vu le jour au moment où s’élevaient les niveaux d’industrialisation.

La théorie de l’entreprise mise au point par les économistes traduit essentiellement une réalité de principe. Les lois sur lesquelles elle se fonde, les hypothèses qu’elle met en jeu, les règles qu’elle prétend définir ne cadrent pas toujours avec les faits. L’efficacité est ici inséparable d’un certain empirisme.

À partir de cette constatation est née la science du management : il s’agit d’adapter systématiquement les techniques de gestion de l’entreprise aux conditions de l’environnement. Une telle politique de gestion exige le recours à de multiples disciplines scientifiques: marketing (mercatique), psychosociologie, informatique, etc. Elle implique surtout une modification profonde des structures de décision au sein de l’entreprise.

Au même moment, dans la plupart des pays occidentaux, les experts ont insisté sur la nécessité, pour chaque pays, d’améliorer la compétitivité de leurs entreprises. Le premier problème est bien sûr celui du financement (cf. «Financement des entreprises»). On cherche généralement à donner aux firmes la possibilité de s’autofinancer dans une large mesure – en leur permettant, notamment, de renforcer leurs structures financières. Le développement de l’autofinancement se justifie parfaitement du strict point de vue économique. Des réserves peuvent être introduites au nom de l’impératif de justice sociale. Dans une perspective d’inspiration socialiste, favoriser à l’excès l’autofinancement revient à tolérer que les travailleurs soient privés du bénéfice de leur travail: la redistribution du revenu national se faisant au bénéfice des détenteurs du capital.

L’entreprise apparaît donc aussi comme un carrefour d’intérêts divers, voire antagonistes: intérêt de l’entrepreneur, des actionnaires, des salariés, des clients. C’est afin de protéger les intérêts de chacun que s’est développé peu à peu un véritable «droit de l’entreprise». La firme n’est plus, comme autrefois, un simple groupement d’activités humaines pouvant être «exploité» librement. Ses responsables sont tenus de respecter un certain nombre de règles. Le but recherché – sinon toujours atteint – est évidemment d’empêcher que le profit des uns ne se fasse aux dépens de la liberté des autres.

La liberté, en la matière, a pu apparaître comme relevant du domaine de l’illusion. L’homme au travail, même protégé par la loi, serait-il un homme «aliéné»? Frustré dans ses aspirations plus ou moins conscientes, il adopterait à l’égard de l’entreprise une attitude de méfiance ou d’indifférence, voire d’hostilité. Aussi a-t-on vu se multiplier les efforts destinés à aménager les structures de l’entreprise dans le sens de ce qu’on appelait naguère la «participation» et dont des avatars plus modernes peuvent être repérés dans le développement des réflexions sur les «ressources humaines». Il s’agissait, d’une manière générale, d’associer les salariés aux responsabilités de création et de gestion. Mais ces tentatives de «réforme de l’entreprise» ne se contentent-elles pas le plus souvent d’une simple adaptation des schémas actuels?

entreprise [ ɑ̃trəpriz ] n. f.
• 1530; entreprinse 1393; « différence entre deux personnes » v. 1220; de entreprendre
I
1 Ce qu'on se propose d'entreprendre ( dessein, 3. plan, projet); mise à exécution d'un dessein. 1. action, affaire, œuvre, opération, ouvrage, 1. travail. « Dans l'entreprise que j'ai faite de me montrer tout entier au public » (Rousseau). « c'est une étrange entreprise que celle de faire rire les honnêtes gens » (Molière). Grande, vaste entreprise. Entreprise dangereuse, téméraire. aventure. « Un amour, une carrière, une révolution : autant d'entreprises que l'on commence en ignorant leur issue » (Sartre). Succès, réussite; échec, faillite d'une entreprise. Exécuter, mener à bien son entreprise. Esprit d'entreprise : tendance à entreprendre.
Spécialt Libre entreprise : liberté de créer et de gérer des entreprises privées, en régime capitaliste ( libéralisme) .
2(1699 « opération de commerce ») Dr. Fait, pour un entrepreneur, de s'engager à fournir son travail et parfois la matière pour un ouvrage donné dans des conditions données. louage (d'industrie). Contrat d'entreprise. Loc. Mettre, donner, prendre à l'entreprise, en adjudication. ⇒ soumission.
3(1798) Organisation autonome de production de biens ou de services marchands. affaire, commerce, établissement, exploitation, firme, industrie, négoce. Entreprise agricole, industrielle, commerciale, financière. Entreprise privée, publique, coopérative. Capital, matériel d'une entreprise. Petites et moyennes entreprises. P. M. E. Les grandes entreprises. major, multinationale. Entreprise publique, dans laquelle l'État est majoritaire. Entreprise individuelle; entreprise de forme sociétaire. société. Monter une entreprise. « chômeurs créant leurs propres entreprises » (Libération, 1989). Pépinière d'entreprises. Spécialisation, concentration des entreprises. Association d'entreprises. cartel, coentreprise, combinat, entente, groupe, holding, joint venture, trust. Gérant d'une entreprise. — CHEF D'ENTREPRISE. directeur, entrepreneur, 1. manager, 1. patron . Comité d'entreprise.
II(1373 « opération militaire »)
1Vx ou littér. Action par laquelle on attaque qqn, on tente de porter atteinte à ses droits, à sa liberté ( entreprendre, II, 3o ). « les hommes sont exposés aux entreprises du diable » (Chateaubriand). attaque.
2Vieilli ou littér. (au plur.) Tentatives de séduction ( entreprenant, 2o ). « vous exposant à des regards [...] peut-être aux entreprises d'un perfide » (Montesquieu).

entreprise nom féminin Action d'entreprendre quelque chose, de commencer une action ; ce que l'on entreprend : Échouer dans son entreprise. Affaire agricole, commerciale ou industrielle, dirigée par une personne morale ou physique privée en vue de produire des biens ou services pour le marché ; unité économique de production ; firme : Entreprise industrielle, commerciale. Action par laquelle on essaie de porter atteinte à quelque chose ou à quelqu'un : Une entreprise contre la liberté.entreprise (citations) nom féminin Ovide, en latin Publius Ovidius Naso Sulmona, Abruzzes, 43 avant J.-C.-Tomes, aujourd'hui Constanţa, Roumanie, 17 ou 18 après J.-C. Ci-gît Phaéton, conducteur du char de son père ; s'il ne put le maîtriser, il succomba du moins dans une grande entreprise. Hic situs est Phaethon, currus auriga paterni ; Quem si non tenuit, magnis tamen excidit ausis. Les Métamorphoses, II, 327 Pétrarque, en italien Francesco Petrarca Arezzo 1304-Arqua, Padoue 1374 Rarement il advient qu'aux hautes entreprises une fortune injuste ne s'oppose, qui mal s'accorde aux travaux magnanimes. Rade volte adiven ch'a l'alte imprese fortuna ingiuriosa non contrasti, ch'agli animosi fatti mal s'accorda. Canzoniere, LIIIentreprise (expressions) nom féminin Entreprise citoyenne, entreprise qui par son fonctionnement participe activement aux performances de l'économie nationale et à l'équilibre des structures sociales. Entreprise d'insertion, entreprise chargée de former des personnes exclues du monde du travail ou de la société, tout en participant à l'économie de marché. Entreprise publique, personne morale, de droit public ou de droit privé, placée sous la direction des pouvoirs publics à raison de l'appropriation collective dont elle fait l'objet et qui est destinée à produire des biens ou des services en vue de la vente. Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (E.U.R.L.), société à responsabilité limitée dont les parts sociales sont détenues par une seule personne. Libre entreprise, régime économique qui repose sur la liberté de création et de gestion d'entreprises privées. ● entreprise (synonymes) nom féminin Action d'entreprendre quelque chose, de commencer une action ; ce que l'on...
Synonymes :
- opération
Affaire agricole, commerciale ou industrielle, dirigée par une personne morale...
Synonymes :
- établissement
Action par laquelle on essaie de porter atteinte à quelque chose...
Synonymes :

entreprise
n. f.
d1./d Ce que l'on veut entreprendre; mise à exécution d'un projet. Mener à bien une entreprise.
d2./d DR Engagement à faire, à fournir qqch.
Contrat d'entreprise, par lequel un entrepreneur s'engage, sans lien de subordination, envers un client (maître de l'ouvrage) à fournir son travail, sa force de production ou la matière pour l'exécution d'un ouvrage.
|| Donner, mettre à l'entreprise, en adjudication.
d3./d ECON Cour. Unité économique de production à but commercial (biens et services). Entreprise de transports. Entreprise privée.
Entreprise publique, contrôlée par l'état ou les collectivités publiques.
d4./d Attaque, action (contre qqn ou qqch). Une entreprise inadmissible contre la liberté d'association.

⇒ENTREPRISE, subst. fém.
A.— 1. Action d'entreprendre quelque chose; ce que quelqu'un entreprend. Une entreprise difficile, de longue haleine; échouer, réussir dans son entreprise :
1. J'espère que vous comprenez maintenant la portée de l'entreprise philosophique et historique, que je me propose d'exécuter avec vous et devant vous. Le but est bon, je le crois, mais la route sera longue; ce n'est pas en quelques mois, en une année que nous pourrons arriver au terme.
COUSIN, Hist. de la philos. du XVIIIe s., t. 1, 1829, p. 31.
2. Un voyage en Espagne est encore une entreprise périlleuse et romanesque; il faut payer de sa personne, avoir du courage, de la patience et de la force.
GAUTIER, Tra los montes, Voyage en Espagne, 1843, p. 261.
3. Cet idéal irréalisable, en tant qu'il hante mon projet de moi-même en présence d'autrui, n'est pas assimilable à l'amour en tant que l'amour est une entreprise, c'est-à-dire un ensemble organique de projets vers mes possibilités propres.
SARTRE, L'Être et le Néant, 1943, p. 433.
Esprit d'entreprise. Sur leur front éclatoient l'audace, l'esprit d'entreprise et d'aventure (CHATEAUBR., Martyrs, t. 3, 1810, p. 44).
Homme d'entreprise :
4. Comme la plupart des hommes d'entreprise, avec un discernement très vif des obstacles matériels, il tenait peu de compte des résistances d'en bas, des opinions générales, ...
SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 1, 1834, p. 50.
2. Spéc. Action agressive, en partic., opération militaire :
5. Je l'ai revu au moment où l'on partait pour l'expédition de Crimée. Il considérait cette entreprise comme très-hasardeuse et la voyait avec crainte.
TOCQUEVILLE, Corresp. [avec Henry Reeve], 1854, p. 149.
6. ... vous excitez les Marocains à défendre par la force leur autonomie contre les entreprises de l'étranger.
JAURÈS, Le Guêpier marocain, 1914, p. 107.
Vieilli. Entreprise contre, sur. Partout et de tout temps les moines ont fait payer cher les entreprises contre leurs biens temporels (MÉRIMÉE, Faux Démétrius, 1853, p. 191) :
7. La vigueur de cette harangue [de Marchenoir] parut avoir dégoûté Bohémond de toute entreprise nouvelle sur son adversaire intraitable dont il admirait, d'ailleurs, l'intransigeance...
BLOY, La Femme pauvre, 1897, p. 171.
Tentative de séduction :
8. Tant de réserve, de la part d'une vénérable dame qui devait pourtant avoir passé l'âge où les entreprises des jeunes gens sont à craindre, lui semblait exagérée [à de Géry].
A. DAUDET, Le Nabab, 1877, p. 163.
B.— ÉCONOMIE
1. Mise en œuvre de capitaux et d'une main-d'œuvre salariée en vue d'une production ou de services déterminés :
9. ... « jamais gouvernement n'a été aussi favorable au développement de toutes les facultés actives, ni à faire naître, à exciter cette énergie qui conduit également aux spéculations du commerce et à celles des manufactures et des défrichemens. La surface des États-Unis n'offre aux yeux qu'un vaste système d'activité et d'entreprises ». [Propos d'un colon du Vermont].
CRÈVECŒUR, Voyage dans la Haute Pensylvanie, t. 1, 1801, p. 171.
10. ... une banque d'escompte, ou toute autre qui met en circulation des billets au porteur, ne saurait par conséquent fournir aux entreprises agricoles, manufacturières ou commerciales, aucuns fonds pour construire des bâtimens et des usines, creuser des mines et des canaux, défricher des terres incultes, entreprendre des spéculations lointaines, aucuns fonds, en un mot, destinés à être employés comme capitaux engagés, qu'on ne peut pas résoudre en monnaie au moment qu'on veut.
SAY, Traité d'écon. pol., 1832, p. 306.
Esprit d'entreprise :
11. C'est à la suppression des maîtrises, des jurandes, de toutes les gênes imposées à l'industrie, qu'il faut attribuer l'accroissement des manufactures et l'esprit d'entreprise qui s'est montré de toutes parts.
STAËL, Considérations sur les princ. événements de la Révolution fr., t. 1, 1817, p. 225.
DR. CIVIL. Contrat d'entreprise. Synon. de louage d'ouvrage, louage d'industrie. ,,Différent du contrat de travail par l'absence d'un lien de subordination entre celui qui entreprend le travail et celui pour le compte de qui il est effectué`` (DALLOZ, Nouv. répertoire de dr., 1963, s.v. entreprise).
À l'entreprise, par entreprise. Au moyen d'un contrat d'entreprise. La construction d'un bâtiment ou d'autres ouvrages faits à l'entreprise (Code civil, 1804, art. 1798, p. 326). Dès-lors ces mêmes fabriques s'érigèrent en bureau de deuil, et se chargèrent, par entreprise, du soin d'honorer les morts (JOUY, Hermite, t. 5, 1814, p. 107). Les renouvellements généraux se font par grands chantiers, en régie ou à l'entreprise (BRICKA, Cours ch. de fer, t. 1, 1894, p. 509).
Avoir, faire des entreprises. Le mari a eu des entreprises pour les hôpitaux (FIÉVÉE, Dot Suzette, 1798, p. 143). [A. H.] fit quelques entreprises partielles dans les transports militaires (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 21) :
12. Voilà cent soixante-huit francs, se disait le maire, que me coûte M. Valenod. Il faut absolument que je lui dise deux mots fermes sur son entreprise des fournitures pour les enfants trouvés.
STENDHAL, Le Rouge et le Noir, 1830, p. 61.
2. P. méton. Unité économique combinant des capitaux et une main-d'œuvre salariée en vue de la production de biens, ou de leur commercialisation. Les grandes entreprises; les petites et moyennes entreprises. Synon. firme :
13. [La classe ouvrière devra] être représentée de droit, par ses syndicats, dans les conseils d'administration des six mille sociétés anonymes, civiles ou commerciales qui détiennent le grand commerce et la grande industrie. Elle aura intérêt à exiger, à obtenir qu'une part des actions soit réservée de droit, en toute entreprise, aux organisations ouvrières, afin qu'ainsi, peu à peu, le prolétariat pénètre au centre même de la puissance capitaliste, et que la société nouvelle sorte de l'ancienne avec cette force irrésistible « d'évolution révolutionnaire » dont a parlé Marx.
JAURÈS, Ét. socialistes, 1901, p. 30.
14. J'étais par hasard tombé dans la cellule d'une usine du XXe, une entreprise de petit outillage mécanique...
NIZAN, La Conspiration, 1938, p. 230.
15. La réalité ne connaît que des entreprises où l'inégalité entre main-d'œuvre et entrepreneur, toujours possible, est fréquente en fait et où l'exercice de l'autorité par le chef de l'entreprise à l'égard de son personnel, de sa clientèle et de ses concurrents est bien plus décisif que sa capacité théorique d'appareil enregistreur des conventions imposées par le marché.
PERROUX, L'Écon. du XXe s., 1964, p. 86.
Chef d'entreprise
♦ Synon. de entrepreneur (cf. ce mot B 1) :
16. Nous verrons, en parlant des profits de l'ouvrier, quel avantage donne sur lui au chef d'entreprise la position de l'un et de l'autre; mais il est bon de remarquer les autres avantages dont un chef d'entreprise, s'il est habile, peut tirer parti. Il est l'intermédiaire entre toutes les classes de producteurs, et entre ceux-ci et le consommateur. Il administre l'œuvre de la production; il est le centre de plusieurs rapports; il profite de ce que les autres savent et de ce qu'ils ignorent, et de tous les avantages accidentels de la production.
SAY, Traité d'écon. pol., 1832, p. 371.
♦ Personne qui, sans être nécessairement propriétaire, dirige une entreprise. (Cf. entrepreneur ex. 3). Les rapports de l'employeur avec l'employé, de l'ouvrier avec le chef d'entreprise (DURKHEIM, Divis. trav., 1893, p. 11) :
17. Mme de Fontanin allait de chambre en chambre, ouvrant les portes avec l'autorité d'un chef d'entreprise, inspectant tout d'un œil averti, vérifiant au passage la propreté des lavabos, la température des radiateurs, ...
MARTIN DU GARD, Les Thibault, Épilogue, 1940, p. 853.
Comité d'entreprise.
Entreprise nationalisée. Ancienne entreprise privée, dont la propriété est transférée à l'État (d'apr. BARR. 1974).
Entreprise pilote, TRAV. PUBL. ,,Entreprise mandatée pour les négociations extérieures, etc. lorsqu'un groupe de sociétés est chargé de l'exécution d'un travail d'ensemble`` (CIDA 1973).
Entreprise publique. ,,Entreprise d'État ou locale, généralement communale`` (BARR. 1974).
Rem. L'entreprise se distingue de l'établissement qui représente une unité de production techniquement individualisée, mais juridiquement dépendante; elle se distingue de la société, qui seule possède une personnalité morale et un patrimoine; elle se distingue des trusts, combinats, konzerns, holdings qui constituent des groupes d'entreprises.
Prononc. et Orth. []. Enq. : //. Ds Ac. 1694-1932. Cf. entre-. Étymol. et Hist. Ca 1230 « défaut » (Chevalier aux deux épées, 12251 ds T.-L.), attest. isolée; 1. a) ca 1393 « action de mettre en œuvre » (Ménagier, I, 57 ds T.-L.); b) 1699 « opération de commerce » (FÉNELON, Télémaque, XII ds LITTRÉ) d'où 1798 « établissement, firme » (Ac.); 2. a) [1373 « opération militaire » (Ordonnance de Charles V sur l'Amirauté, éd. H. L. Zeller, Berlin, 1915 d'apr. FEW t. 9, p. 349b)] 1422 (A. CHARTIER, Quadrilogue invectif, éd. E. Droz, p. 35, 1. 19); b) 1721 « tentative de séduction » (MONTESQUIEU, Lettres Persanes, 20 ds LITTRÉ). Substantivation du part. passé fém. de entreprendre. Fréq. abs. littér. :3 206. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 5 177, b) 2 397; XXe s. : a) 3 032, b) 6 104. Bbg. DUBUC (R.). La Planification à long terme dans l'entr. Meta. 1974, t. 19, p. 211.

entreprise [ɑ̃tʀəpʀiz] n. f.
ÉTYM. 1530; entreprinse, 1393; « différence entre deux personnes », v. 1220; du p. p. de entreprendre.
———
I
1 Ce qu'on se propose de faire en entreprenant qqch.; mise à exécution d'un dessein. Action, affaire, œuvre, opération, ouvrage, travail; et aussi dessein, plan, projet.Vx ou rare. || L'entreprise de qqch., de faire qqch. (→ ci-dessous, cit. 2 et 8).L'entreprise de qqn, son entreprise.Former une entreprise, la concevoir et travailler à l'exécuter. || Concerter, organiser, préparer une entreprise. || Tenter une entreprise. Essai, tentative. || Une longue entreprise. || Une entreprise de longue haleine. || Grande, vaste entreprise. || Entreprise colossale, considérable. || Entreprise douteuse, hasardeuse, périlleuse, téméraire. Aventure, échauffourée (vx), équipée. || Folle, vaine entreprise. || Entreprise dangereuse (→ Coutume, cit. 3), délicate, difficile (→ Difficulté, cit. 1 et 8). || Entreprise sûre. || Réalisation, exécution d'une entreprise. || S'engager dans une entreprise. || Lancer, conduire (cit. 18), diriger, mener, poursuivre une entreprise. || Poursuivre deux entreprises à la fois (cf. Courir deux lièvres à la fois). || Exécuter, mener à bien son entreprise. || Venir à bout d'une entreprise. || La passion qu'il apporte (cit. 28) à toutes ses entreprises. || Succès, réussite d'une entreprise; échec, faillite, insuccès d'une entreprise. || Son entreprise a avorté. || Échouer, faire fiasco; réussir dans une entreprise. || Entreprise heureuse, malheureuse. || Entreprise qui tourne mal (→ Défaite, cit. 7), qui tourne bien. || Le succès a couronné l'entreprise.Esprit d'entreprise : tendance à entreprendre.
1 Il fut en sa jeunesse un Prince aventureux,
Tantôt heureux en guerre et tantôt malheureux,
Comme il plaît au Destin et à celle qui mène
Tantôt bas, tantôt haut, toute entreprise humaine.
Ronsard, Épitaphe, « Le tombeau de Marguerite de France ».
2 (…) c'est une étrange entreprise que celle de faire rire les honnêtes gens.
Molière, Critique de l'école des femmes, 6.
3 Allons songer à l'exécution de notre entreprise amoureuse.
Molière, Dom Juan, I, 3.
4 Je me plais à tenter des entreprises hasardeuses.
Molière, les Fourberies de Scapin, III, 1.
5 L'entreprise, sans doute, est grande et périlleuse.
J'attaque sur son trône une reine orgueilleuse (…)
Racine, Athalie, IV, 3.
6 Quelques affreux périls qu'il commence à prévoir dans la suite de son entreprise, il faut qu'il l'entame (…)
La Bruyère, les Caractères, XII, 115.
7 Je forme une entreprise qui n'eut jamais d'exemple et dont l'exécution n'aura point d'imitateur.
Rousseau, les Confessions, I.
8 Dans l'entreprise que j'ai faite de me montrer tout entier au public (…)
Rousseau, les Confessions, II.
9 La longueur de l'entreprise, qui, je le prévoyais, me mènerait jusqu'à la vieillesse, et la nécessité de la combiner, durant beaucoup d'années, avec les travaux qui me faisaient vivre, se jetaient en travers de ma résolution.
É. Littré, Comment j'ai fait mon dictionnaire, p. 5.
10 Un amour, une carrière, une révolution : autant d'entreprises que l'on commence en ignorant leur issue.
Sartre, Situations II, p. 52.
Spécialt. Fait de fonder une organisation à caractère commercial. || Libre entreprise : liberté de créer et de gérer des entreprises (3.) privées, en régime capitaliste.
2 (1699, « opération de commerce »). Dr. Le fait, pour un entrepreneur, de s'engager à fournir son travail et parfois la matière pour un ouvrage donné dans des conditions données. Louage (d'industrie). || « Le contrat d'entreprise diffère du contrat de travail en ce qu'il n'établit pas de lien de subordination entre l'entrepreneur et le maître de l'ouvrage » (Capitant). — ☑ Loc. Mettre, donner, prendre à l'entreprise, en adjudication. Soumission.
Par ext. Ouvrage, travail dont est chargé l'entrepreneur. || Sous-traitant qui reçoit une entreprise en seconde main. || Faire des entreprises.
3 (Une, des entreprises). Cour. Organisation de production de biens ou de services à caractère commercial. Affaire, commerce (cit. 1), établissement, exploitation, firme, industrie, négoce. || Entreprise familiale, agricole, industrielle, commerciale, financière, spéculatrice. || Monter une entreprise. || Gestion, organisation d'une entreprise. || Capital, matériel d'une entreprise. || Bénéfices, profit réalisés par une entreprise. || Avoir des capitaux engagés dans une entreprise. Capitaliste. || Entreprise privée capitaliste. || Entreprise nationalisée. || Entreprise publique, dans laquelle l'État est majoritaire. || L'E. D. F., les banques nationalisées sont des entreprises publiques. || Régime d'entreprise. || Entreprise individuelle; entreprise sous forme de société. Société. || Spécialisation, concentration des entreprises. Intégration. || Association d'entreprises. Cartel, combinat, entente, holding, konzern, trust. || Gérant d'une entreprise. || Être à la tête d'une entreprise. || Entreprise à succursales. || Entreprise pilote. || Grandes entreprises.Petites et moyennes entreprises (abrév. : P. M. E.). || Confédération générale des petites et moyennes entreprises.Entreprise de très petite taille. Micro-entreprise. || Entreprise de « nouvelle économie » développée sur Internet. Start-up (anglic.).
11 La loi répute actes de commerce (…) Toute entreprise de manufactures, de commission, de transport par terre ou par eau; toute entreprise de fournitures, d'agence, bureaux d'affaires, établissements de ventes à l'encan, de spectacles publics (…)
Code de commerce, art. 632.
12 Nous avons défini les entreprises en disant que ce mot désigne toute organisation qui met en œuvre des agents naturels, du travail et des capitaux pour produire des richesses ou des services destinés à être vendus (…) Que l'entreprise ait pour objet de fournir au public des biens matériels, blé ou pain, fils ou vêtements, charbon ou machines, en gros ou en détail, qu'elle vende des services tels que le transport par chemin de fer, qu'elle mette simplement en rapport les acheteurs ou les vendeurs (…) qu'elle procure des capitaux, comme une banque, ou des travailleurs, comme un bureau de placement, elle a toujours le même caractère essentiel, qui est de produire des richesses ou des services qu'elle offre sur le marché, et ce caractère est essentiellement commercial.
Colson, Cours d'économie politique, IV, p. 5.
12.1 Nous savons maintenant, par les études publiées qui complètent l'expérience pratique, que la grande entreprise « moderne » ne se contente pas d'être une unité économique (ou une concentration d'unités) ni de faire pression sur la politique, mais qu'elle tend à envahir la pratique sociale. Elle propose à la société entière sa rationalité comme modèle d'organisation et de gestion. Elle supplante la ville et veut en accaparer le rôle; la « société », entreprise ou compagnie, s'empare de fonctions qui appartenaient à la ville et devraient demain appartenir à la société urbaine : logement, éducation, promotion, loisirs, etc.
Henri Lefebvre, la Vie quotidienne dans le monde moderne, p. 129.
D'entreprise.Chef d'entreprise : entrepreneur à la tête d'une entreprise. Directeur, dirigeant, patron. || Femme chef d'entreprise. || Elle est chef d'entreprise.Comité d'entreprise. Comité; → Ouvrier, cit. 15.
———
II (1373, « opération militaire »).
1 Littér. Action par laquelle on attaque qqn, on tente de porter atteinte à ses droits, à sa liberté ( Entreprendre, II.). || C'est une entreprise sur les pouvoirs du chef de l'État, contre le droit des gens (Académie). Attaque, attentat, manœuvre, tentative; atteinte, coup, empiétement, violence. || Une entreprise contre la liberté, l'indépendance… || Une entreprise contre l'ordre universel (→ Carnage, cit. 5).
13 (Les) entreprises de Rome sur la puissance temporelle de nos rois.
Pascal, les Provinciales, 19.
14 La vigueur de cette harangue parut avoir dégoûté Bohémond de toute entreprise nouvelle sur un adversaire intraitable (…)
Léon Bloy, la Femme pauvre, XXXIII, p. 171.
Absolt. Attaque; assaut.
15 (…) malgré les entreprises de tant de puissants rois qui ont cent fois essayé de les faire périr (ces peuples).
Pascal, Pensées, IX, 620.
16 (…) il affirme que les hommes sont exposés aux entreprises du diable en raison de leur sainteté : Victoria ei est magis, exacta de sanctis : « sa victoire est plus grande remportée sur des saints ».
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. V, p. 261.
2 (1721). Cour. (au plur.). Tentatives de séduction.
17 (…) défendre le cœur d'une jeune femme contre les entreprises de son galant (…)
La Bruyère, les Caractères, I, 193 (→ Ajustement, cit. 4).
18 (…) vous exposant à des regards; que dis-je, à des regards ? peut-être aux entreprises d'un perfide qui vous aura souillée par ses crimes (…)
Montesquieu, Lettres persanes, XX.
COMP. Coentreprise, contre-entreprise, interentreprises, micro-entreprise.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • entreprise — ENTREPRISE. s. f. Dessein formé, ce que l on a entrepris. Une belle, hardie, grande, glorieuse, vaste entreprise. Entreprise chimérique, téméraire. C est une vaine entreprise. Faire une entreprise. Former une entreprise. Exécuter une entreprise.… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • entreprise — Entreprise. s. f. Dessein formé, ce que l on a entrepris. Une belle, hardie, grande, glorieuse entreprise. entreprise chimerique. c est une vaine entreprise. faire une entreprise, executer une entreprise, venir à bout d une entreprise, manquer… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Entreprise 2.0 — est un terme dérivé de Web 2.0 pour décrire combien un logiciel peut être social, et est employé actuellement pour transformer l intranet d entreprise en une plateforme plus organique, collaborative et gérée par l utilisateur. Le terme fut… …   Wikipédia en Français

  • Entreprise — (franz. „Unternehmen“) ist: eine französische Fregatte, die 1705 von den Briten gekapert wurde, siehe Enterprise (1705) der erste deutsche Versuch eines Nationaltheaters zwischen 1767 und 1769, siehe Hamburgische Entreprise ein veralteter… …   Deutsch Wikipedia

  • Entreprise — Entreprise. Overtagelse af et arbejde. At tage et erbejde i entreprise vil sige, at overtage enhver forpligtelse lige over for arbejdsgiveren, for eksempel bygherren, således at ansvaret udelukkende lægges på entreprenøren, og bygherren ikke har… …   Danske encyklopædi

  • Entreprise — (spr. angtr prīs ), Unternehmung, Akkord, Kontrakt zur Übernahme von Bauten, Lieferungen etc. Preislistenentreprise, die auf dem Weg der Verdingung unter Ausstellung eines Verzeichnisses von Einheitspreisen erfolgende Übernahme von Unternehmungen …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Entreprise —  Ne doit pas être confondu avec Enterprise. Une entreprise est une structure économique et sociale qui regroupe des moyens humains, matériels, immatériels (service) et financiers, qui sont combinés de manière organisée pour fournir des biens …   Wikipédia en Français

  • ENTREPRISE — s. f. Dessein formé, ce que l on a entrepris. Belle, hardie, grande, glorieuse, vaste entreprise. Entreprise chimérique, téméraire. C est une vaine entreprise. Faire une entreprise. Former une entreprise. Exécuter une entreprise. Venir à bout d… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ENTREPRISE — n. f. Ce que l’on entreprend, ce que l’on a entrepris. Vaste entreprise. Entreprise téméraire. Former une entreprise. Exécuter une entreprise. Venir à bout d’une entreprise. Manquer son entreprise. échouer dans une entreprise. Placer son argent… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • entreprise — (an tre pri z ) s. f. 1°   Dessein formé qu on met à exécution. Échouer dans une entreprise. Esprit d entreprise. •   Quand les places sont prises, Il n est plus temps d avoir recours aux entreprises, RÉGNIER Élég. 1. •   Jamais contre un tyran… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.